+

/

http://www.prix-russophonie.fr/

8e Journées Européennes

du Livre Russe et des Littératures Russophones

Les voix de la diaspora russophone

Les Journées Européennes du Livre Russe et des Littératures Russophones se sont déroulées pour la 8e fois à Paris, les 4 et 5 février 2017.

Le Prix Russophonie qui récompense la meilleure traduction littéraire du russe vers le français, fêtait cette année son 11e anniversaire.

Le programme littéraire s’est construit autour du thème  « Les voix de la diaspora russophone ».

Notre festival a proposé au public une offre riche et variée avec :

– des conférences et tables-rondes ;
– des présentations d’ouvrages en présence de leur auteur, de leur traducteur ou de leur éditeur ;
– des rencontres avec des écrivains ; les écrivains russes étaient le plus souvent accompagnés de leur traducteur ;
–  des cérémonies de remises de prix aux lauréats de concours ;
– des ateliers ;
– des lectures ;
– des films ;
– des rencontres consacrées aux arts plastiques et à la danse ;
– des expositions (photos, portraits, illustrations de livres …) ;
– un salon du livre avec plus de 50 stands avec : des éditeurs, des librairies, des associations franco-russes, des auteurs indépendants ainsi que des traducteurs.

Des interprètes ont assuré la traduction de toutes les rencontres, tables-rondes et conférences.

Мairie du 5e arrondissement de Paris
Cinéma Le Grand Action – Paris 5e
Lycée Henri IV – Paris 5e

«Les Journées Européennes du Livre Russe et des Littératures Russophones 2016»

ont été organisées par l’Association France Oural avec le soutien de :

Centre National du Livre (France)

Centre national du livre

SOFIA, action culturelle (France)

Action Culturelle Sofia

Fondation Jan Michalski (Suisse),

La Fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature


Centre Présidentiel B. Eltsine (Russie)
,

Ельцин Центр

Fondation « Russkyi Mir » (Russie),

Russkyi mir

Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris (France),

Le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris

Institut de la Traduction (Russie),

Institut de la Traduction

Musée Littéraire d’Etat de Moscou (Russie),

Musée Littéraire d’Etat de Moscou

Trois sites internet

(Association France OuralJournées du Livre RussePrix Russophonie)

présentaient le programme de notre événement et ont eu un grand nombre de visiteurs.

La page Facebook des Journées du Livre Russe

a été alimentée régulièrement en amont des Journées et a accru son nombre de fidèles.

Notre manifestation a joui, cette année, d’un grand succès auprès du public avec un net accroissement de fréquentation avec environ 3.000 visiteurs lors des deux dates-clé du 4 et 5 février à la Mairie du 5e arrondissement de Paris ainsi qu’au Lycée Henri IV. Ceci sans compter les personnes qui sont venues au cinéma Le Grand Action. Nous expliquons cette réussite par la combinaison de différents facteurs :

  • le choix d’une thématique transversale permettant un tour d’horizon allant des grands classiques aux écrivains contemporains ;
  • des invités phares ; Dina Rubina, grande écrivaine israëlienne de langue russe et Vladimir Fédorovski, l’un des auteurs russes les plus appréciés des Français ;
  • une belle présence médiatique grâce à un partenariat avec « Superflu, l’indispensable littéraire »  et un bon suivi sur le site d’informations littéraires « Actualitté »  ou « Culture Mag » ainsi que de nombreuses mentions dans la presse.

Florence Berthout, mairie du 5e arrondissement de Paris, a rappelé l’importance des relations culturelles franco-russes pour les parisiens. Nous avons, une fois de plus, constaté l’intérêt du public pour un projet qui met en valeur tous les acteurs de la chaîne du livre.

Nos visiteurs venaient de toute l’Ile de France mais également de province ainsi que de l’étranger.

Les Journées du Livre Russe confirment leur rôle de passeur entre l’industrie du livre et les amateurs de littérature russe.

Pour la première fois, notre manifestation s’est tenue sur un week-end entier (samedi et dimanche). Nous avons bénéficié d’une salle de rencontres supplémentaire (Salle des Fêtes – Salle des Mariages – Salle Pierrotet – Salle Pédrot) ce qui nous a permis de recentrer notre programme à la mairie du 5e et d’éviter l’éparpillement que nous avions connu il y a quelque temps lorsque nous avions été contraints, par manque d’espace, de délocaliser certaines rencontres dans d’autres lieux d’accueil du 5e arrondissement de Paris.

Bien que notre manifestation se soit tenue le premier week-end des vacances scolaires, le public a été très nombreux et nous n’avons pas constaté de baisse dans l’affluence que connaît traditionnellement notre événement.

Exposition

 

PROGRAMME DES JOURNÉES

 

Le fil rouge de cette édition était « les voix de la diaspora russophone » et la russophonie était abordée à travers les écrivains invités venant d’Israël, du Canada, d’Arménie, d’Ukraine ou des États-Unis. Les auteurs russes ont présenté aux visiteurs leurs œuvres traduites et publiées dans les pays francophones au cours de l’année 2016.

Des représentants du Musée Littéraire d’Etat de Moscou participaient également aux Journées du Livre Russe.

Auteurs invités, traducteurs, conférenciers et modérateurs

Nos intervenants, venus de France, de Russie, d’Israël, du Canada, d’Ukraine, des Etats-Unis …  ont participé aux rencontres, tables-rondes, conférences et présentations qui se sont tenues les 4 et 5 février dans le cadre de la Mairie du 5e arrondissement de Paris ainsi qu’au Lycée Henri IV.

Conférence

Écrivains, slavistes, philologues, traducteurs, représentants de musées et membres du jury du Prix Russophonie, tous ont contribué au succès de cette édition :

Michel AUCOUTURIER

Georges NIVAT

Kira SAPGUIR

Jean RADVANYI

Alexeï NIKITINE

Mariam PETROSYAN

Catherine BREMEAU

Vladimir LORTCHENKOV

Irène SOKOLOGORSKY

Andreï ASTVATSATOUROV

Yves GAUTHIER

Andreï IVANOV

François DEWEER

Maria RYBAKOVA

Elena BALZAMO

 Nicolas BOKOV

Alexandre ZVIGUILSKY

Olga GORTCHANINA

Tatiana VICTOROFF

Мahaut de CORDON-PRACHE

Françoise GENEVRAY

Ida JUNKER

Michel SOLLOGOUB

Christine ZEYTOUNIAN-BELOÜS

Ekaterina BELAVINA

Gérard CONIO

Dimitri de KOCHKO

Natalia JOURAVLIOVA

Véronique LOSSKY

Emilie MAJ

Irina KUDESOVA

Marat GALIEV

Jean-Claude MARCADÉ

Dina RUBINA

Christine MESTRE

Alexandre JEVAKHOFF

Marie-Aude ALBERT

Fanchon DELIGNE

Hélène HENRY-SAFIER

Véronique LOSSKY

Igor SOKOLOGORSKY

Aminata ALENSKAYA

René GUERRA

Oleg TSELKOV

André-Marc DELOCQUE-FOURCAUD

Natalia BOGDANOVSKA

Аntonina ROUBICHOU-STRETZ

Dominique SAMSON NORMAND DE CHAMBOURG

Ariana DOLLFUS

Florian VOUTEV

Hélène TEXIER

Оlga ZINOVIEV

Wladimir BERELOWITCH

Pavel FOKINE

Marie ROCHE-NAÏDENOV

Аnne-Marie TATSIS-BOTTON

Vladimir FEDOROVSKI

Claire HAUCHARD

Cédric GRAS

Olivier LOUPIAS

Ninel OLESITCH

Hélène  KAPLAN

Marc ALAUX

Raphaëlle PACHE

Marina AKHMEDOVA

Iegor GRAN

Paul GREVEILLAC

Galia ACKERMAN

Henry CUNY

Catherine BERTHO-LAVENIR

Andreï KORLIAKOV

Mikhaïl CHAPOCHNIKOV

Natalia SEMENOV

Place aux traducteurs

Cette année encore, les traditions ont été respectées et une place d’honneur a été réservée aux traducteurs.

Ces rencontres donnent aux traducteurs l’occasion de sortir de l’ombre.

Le traducteur est celui qui connait le mieux l’auteur, celui qui peut le mieux le mettre en valeur ou le pousser dans ses retranchements.

Cela permet d’ouvrir au public un champ de réflexion sur le rôle du traducteur et de l’éditeur.

Cette année, les visiteurs ont pu écouter et rencontrer :

Vladimir LORTCHENKOV, Iréne SOKOLOGORSKY, Mariam PETROSYAN, Alexeï IVANOV

Vladimir LORTCHENKOV, Iréne SOKOLOGORSKY, Mariam PETROSYAN,  Alexeï Nikitine

Vladimir LORTCHENKOV

DES 1001 FAÇONS DE QUITTER LA MOLDAVIE

DES 1001 FAÇONS DE QUITTER LA MOLDAVIE

 

CAMP DE GITANS

CAMP DE GITANS

Iréne SOKOLOGORSKY

LA MORT D'ACHILLE

LA MORT D’ACHILLE

 

LE GAMBIT TURC

LE GAMBIT TURC

 

Les Oranges du Maroc

Les Oranges du Maroc

 

Mariam PETROSYAN

L A M A I S O N D A N S L A Q U E L L E

L A M A I S O N
D A N S
L A Q U E L L E

Le Chien qui pouvait voler, Сказка про собаку, которая умела летать

Le Chien qui pouvait voler, Сказка про собаку, которая умела летать

Alexeï Nikitine

Victory Park

Victory Park

Andreï IVANOV

Andreï Ivanov

Andreï Ivanov

Le Voyage de Hanumân

Le Voyage de Hanumân

Raphaëlle PACHE

JE SUIS LA REINE

JE SUIS LA REINE

  Hélène HENRY-SAFIER

Poèmes et problèmes

Poèmes et problèmes

Romantika

Romantika

Anne-Marie TATSIS-BOTTON

Marina AKHMEDOVA

Marie ROCHE-NAÏDENOV

 

« DINA RUBINA OU L’ÉMIGRATION INSPIRÉE » grand entretien  avec Dina RUBINA

et ses traducteurs,  Yves GAUTHIER et Marie ROCHE-NAÏDENOV.

 Dina RUBINA - Yves GAUTHIER - Marie ROCHE-NAÏDENOV

Dina RUBINA – Yves GAUTHIER – Marie ROCHE-NAÏDENOV. Photographie par Matthias Pasquet

Rencontres, tables-rondes et présentations d’ouvrages

Des écrivains, traducteurs, éditeurs, journalistes et slavistes, français et russes, étaient invités à participer au programme des Journées du Livre Russe.

Les rencontres ont donné lieu à des échanges exceptionnels et le public a pu intervenir en posant des questions aux intervenants.

Inna Khmelevskaya - Christine Mestre - Andrei Astvatsatourov

Inna Khmelevskaya – Christine Mestre – Andrei Astvatsatourov. Photographie par Matthias Pasquet

TABLES-RONDES 

Témoigner des bouleversements de l’histoire autour de l’œuvre de : Soljenitsyne, Gorbanievskaïa, Siniavski
Michel Aucouturier — Georges Nivat – Kira Sapguir

Modération : Jean Radvanyi

Michel Aucouturier - Georges Nivat - Kira Sapguir - Jean Radvanyi

Michel Aucouturier – Georges Nivat – Kira Sapguir – Jean Radvanyi. Photographie par Matthias Pasquet


Au XXIe siècle pourquoi choisir le russe comme langue d’expression littéraire ?

Tchinguiz Abdoullaïev , Andreï Nikitine, Mariam Petrosyan, Vladimir Lortchenkov
Modération : Irène Sokologorsky

Tchinguiz Abdoullaïev - Andreï Nikitine - Mariam Petrosyan - Vladimir Lortchenkov - Irène Sokologorsky

Tchinguiz Abdoullaïev – Alexeï Nikitine – Mariam Petrosyan – Vladimir Lortchenkov – Irène Sokologorsky. Photographie par Matthias Pasquet



Entre exil et errance
Andreï Astvatsatourov, Andreï Batov, Andreï Ivanov
Modération : François Deweer

Andreì Astvatsaturov
Andreì Astvatsaturov  Photographie par Matthias Pasquet

Andreï Ivanov

Andreï Ivanov  Photographie par Matthias Pasquet


La culture du pays d’accueil influence-t-elle l’œuvre de l’écrivain exilé ?

Elena Balzamo, Nicolas Bokov, Alexandre Zviguilsky, Olga Gortchanina
Modération : Tatiana Victoroff

Elena Balzamo -Nicolas Bokov - Alexandre Zviguilsky - Olga Gortchanina -Tatiana Victoroff

Elena Balzamo -Nicolas Bokov – Alexandre Zviguilsky – Olga Gortchanina -Tatiana Victoroff. Photographie par Matthias Pasquet



La littérature de l’exil est-elle forcément une littérature de la mémoire ?
Autour de l’œuvre de Tsvetaïeva, Berberova, Teffi et Zaïtsev
Mahaut de Cordon-Prache – Ida Junker – Michel Sollogoub – Tatiana Victoroff
Modération : Ekaterina Belavina

Mahaut de Cordon-Prache – Ida Junker – Michel Sollogoub – Tatiana Victoroff - Ekaterina Belavina

Mahaut de Cordon-Prache – Ida Junker – Michel Sollogoub – Tatiana Victoroff – Ekaterina Belavina. Photographie par Matthias Pasquet

Entre pays d’origine et pays d’accueil où les écrivains de la diaspora puisent-ils leur inspiration ?
Nicolas Bokov– Natalia Jouravliova – Maria Rybakova – Kira Sapguir – Irina Kudesova
Modération : Catherine Brémeau

Nicolas Bokov– Natalia Jouravliova - Maria Rybakova – Kira Sapguir – Irina Kudesova - Catherine Brémeau

Nicolas Bokov– Natalia Jouravliova – Maria Rybakova – Kira Sapguir – Irina Kudesova – Catherine Brémeau. Photographie par Matthias Pasquet



Les pôles culturels de la russophonie

Marat Galiev  – Dina Rubina – Alexandre Jevakhoff
Modération : Irène Sokologorsky

Dina Rubina Marat Galiev

Dina Rubina Marat Galiev  Photographie par Matthias Pasquet

 



La poésie en exil autour de l’oeuvre de : Balmont, Brodsky, Khodassevitch et Tsvetaïeva

Michel Aucouturier – Fanchon Deligne – Hélène Henry-Safier – Véronique Lossky
Modération :Ekaterina Belavina

Ekaterina Belavina Véronique Lossky

Ekaterina Belavina  Véronique Lossky Photographie par Matthias Pasquet

La Russie et l’Occident selon Nicolas Berdiaev et Lev Chestov
Gérard Conio – Igor Sokologorsky

Gérard Conio

Gérard Conio

Photographie par Matthias Pasquet

Igor Sokologorsky

Igor Sokologorsky

Photographie par Matthias Pasquet



Les paradoxes de Yuri Mamleev
Dimanche 5 février – salle Pédrot – 17h30
Gérard Conio – René Guerra – Christine Zeytounian-Beloüs –
Modération : Aminata Alenskaya

Gérard Conio

Gérard Conio

 

René Guerra

René Guerra

 

Christine Zeytounian-Beloüs

Christine Zeytounian-Beloüs

Photographies par Matthias Pasquet

Les grands entretiens :

Hommage à Alexandre Zinoviev :

L’anniversaire de la publication des Hauteurs Béantes avec Olga Zinoviev, Wladimir Berelowitch, Pavel Fokine et Christine Mestre

Olga Zinoviev, Pavel Fokine, Wladimir Berelowitch

Olga Zinoviev, Pavel Fokine, Wladimir Berelowitch Photographie par Matthias Pasquet

Présentation de la biographie Biographie d’Alexandre Zinoviev de Pavel Fokine (2016, Ed. Molodaia Gvardia – coll. zhizn’ zametchatelnykh liudeï) avec Olga Zinoviev, Pavel Fokine et Christine Mestre


Alexandre Zinoviev : Ibansk – Munich – Moscou
avec Olga Zinoviev, Gérard Conio et Dimitri de Kochko

 

Gérard Conio, Olga Zinoviev, Dimitri de Kochko

Gérard Conio, Olga Zinoviev, Dimitri de Kochko Photographie par Matthias Pasquet

Mystérieuse Russie de Vladimir Fedorovski entretien avec Dimitri de Kochko

Les conférences :

Ivan Tourguéniev, passeur des lettres russes en France par Alexandre Zviguilsky – Modération Olga Gortchanina

A. Zviguilsky O. Gortchanina

Alexandre Zviguilsky, Olga Gortchanina Photographie par Matthias Pasquet

Les mondes d’Ivan Bounine par Claire Hauchard


La littérature russe en exil  par Andreï Korliakov

Le Transsibérien, route de l’orient russe par Cédric Gras et Olivier Loupias


La nature, refuge de l’homme moderne en Russie
par Emilie Maj

L’intelligentsia de Saint-Pétersbourg et la Bibliothèque Tourguéniev de Paris par Ninel Olesitch  et Hélène Kaplan

Joseph Kessel, la vie jusqu’au bout par Marc Alaux

Présentations d’ouvrages :

Le retour de Russie de et avec Iegor Gran – Editions P.O.L

Iegor Gran

Iegor Gran

Le Retour de Russie

Le Retour de Russie

              
La mer des Cosmonautes de et avec Cédric Gras – Editions Paulsen

Cédric Gras

Cédric Gras

La mer des Cosmonautes

La mer des Cosmonautes

Les âmes rouges de et avec Paul Greveillac – Editions Gallimard  

 

Les âmes rouges

Les âmes rouges

 
Couteau tranchant pour un cœur tendre de et avec Maria Rybakova – Editions le Ver à Soie

Couteau tranchant pour un coeur tendre

Couteau tranchant pour un cœur tendre

L’ours est mon maître de Valentin Pajetnov avec Yves Gauthier – Editions Transboréal  

L’ours est mon maître

L’ours est mon maître

              
Journal de mes rencontres de Iouri Annenkov  avec Georges Nivat– Editions des Syrtes  

Journal de mes rencontres, cycle de tragédies

Journal de mes rencontres

             
A couteaux tirés de Nikolaï Leskov avec Gérard Conio  – Editions des Syrtes 

A couteaux tirés de Nikolaï Leskov avec Gérard Conio

Photographie par Matthias Pasquet

 

A couteaux tirés

A couteaux tirés

La guerre civile russe de et avec Alexandre Jevakhoff – Editions Perrin       

La guerre civile russe

La guerre civile russe

    
Cinq histoires russes de et avec Elena Balzamo – Editions Noir sur Blanc

Cinq histoires russes

Cinq histoires russes

Arménie, l’âme d’un peuple de et avec Henry Cuny  – Editions  Sigest

ARMENIE L'ÂME D'UN PEUPLE

ARMÉNIE
L’ÂME D’UN PEUPLE

Souvenirs, une folle traversée de la Russie Révolutionnaire de Nadejda Teffi avec M. de Cordon-Prache – Editions  des Syrtes

« Souvenirs, Une folle traversée de la Russie révolutionnaire »

« Souvenirs, Une folle traversée de la Russie révolutionnaire »

Souvenirs dans les poches d’Andreï Astvatsatourov – Editions Macha-Publishing

SOUVENIRS DANS LES POCHES

SOUVENIRS DANS LES POCHES

Béni soit l’exil de Vladimir Dimitrijevic avec Gérard Conio – Editions des Syrtes

 Béni soit l’exil !

Béni soit l’exil !

Révolution, 100 ans d’histoire d’octobre rouge de et avec C. Bertho-Lavenir – Editions Macha-Publishing

Révolution, 100 ans d'Octobre rouge

Révolution, 100 ans d’Octobre rouge

La Russie : entre peurs et défis de Jean Radvanyi et Marlène Laruelle avec Jean Radvanyi – Editions Armand Colin

La Russie Entre peurs et défis

La Russie
Entre peurs et défis

 

  • ATELIERS ET CONCOURS

 Remise des Prix du concours de l’AFR


Аrmelle Jeannier-Gropo a remis leurs prix aux lauréats du concours « Ecris une nouvelle policière russe en français» destiné aux élèves des écoles, collèges et lycées.

Elle a également procédé au lancement du concours 2017 : Compose une bande dessinée sur le thème  « En Russie, dans la forêt ».

 Deux ateliers de traduction


Ces ateliers, qui se déroulent dans le cadre prestigieux du Lycée Henri IV, sont vite devenus un rendez-vous incontournable des Journées du Livre Russe.

Les meilleurs traducteurs littéraires français animent ces master-class et présentent leur travail, les difficultés de la traduction littéraire et les bonheurs liés à l’approfondissement de la compréhension d’une œuvre pour arriver à transmettre son essence dans une autre langue.

Cette année, ils ont été animés par Antonina Roubichou-Stretz et Yves Gauthier.

Antonina Roubichou-Stretz  :

La fidélité est-elle une donnée essentielle de la traduction ? – La mise en relief

Ecrivain et traductrice, Antonina Roubichou-Stretz a enseigné la langue et la littérature françaises en France, en Union soviétique (à Moscou) et aux États-Unis.

Elle a publié plusieurs ouvrages de critique consacrés à la littérature française du XVIe siècle.

A traduit de nombreux auteurs russes, dont

Valentin Raspoutine,

Andreï Bitov,

Anatoli Rybakov,

Edouard Limonov  et

Alexandre Zviaguintsev 

… ainsi que des auteurs anglo-saxons.

Yves Gauthier :

La nature russe est-elle traduisible?

Écrivain et traducteur spécialiste de la Russie, il a notamment traduit les ouvrages

de l’écrivain tchouktche Youri Rytkhéou,

Valentin Pajetnov,

Dina Rubina,

Maxim Kantor et

Vassili Peskov.

Il écrit, avec Antoine Garcia, L’Exploration de la Sibérie (Actes Sud, 1996).

En 2014, il publie Vladimir Vyssotski, un cri dans le ciel russe (Ed. Transboréal).

Cette année, il présentera, lors des Journées du Livre Russe, sa dernière traduction,

L’ours est mon maître de Valentin Pajetnov (Ed. Transboréal).

 

LE DIMANCHE DES ARTS

Nous avons souhaité profité de ce long week-end pour innover et consacrer tout une matinée aux arts plastiques et à la danse.

Ce premier essai a été une réussite et nous pensons renouveler cette initiative.

Au cours de cette matinée du dimanche 5 février nous avons proposé au public :

Des présentations d’ouvrages :

L’aventure de l’art contemporain russe du Dégel jusqu’à nos joursde et avec Igor Sokologorsky (Nouvelles Editions Jean-Michel Place)

Chtchoukine, le patron de l’art moderne de et avec Natalia Semenova et André-Marc Delocque-Fourcaud. Le petit-fils du célèbre collectionneur russe dont les œuvres sont actuellement présentées à la Fondation Vuitton est venu raconter l’histoire de son illustre famille aux visiteurs de notre manifestation.

Confessions inédites de Rudolf Noureev (Ed.Arthaud) avec Ariane Dollfus et Florian Voutev. En 2016, les éditions Arthaud publient cette autobiographie encore inédite en France. Étoile du ballet soviétique du Kirov, Noureev choisit le 16 juin 1961, lors de sa première tournée en France, de passer à l’Ouest avec fracas, en faussant compagnie aux gardes du KGB à l’aéroport du Bourget. Génie de la danse, il allait conquérir les plus grandes scènes et révolutionner l’art du ballet.

Des films :

« Oleg Tselkov – Je ne suis pas d’ici, je suis d’ailleurs » d’Alexandre Chatalov, en présence d’Oleg Tselkov.

Né en 1934, le peintre Oleg Tselkov appartient au mouvement des non-conformistes russes. Exclu de l’Union des Artistes, il est définitivement expulsé de l’URSS en 1977. Depuis, il vit et travaille à Paris. Ses toiles sont exposées dans les plus grands musées du monde. De nombreuses monographies lui sont consacrées.

« Rencontres avec Sergei Chepik » de et avec Marie-Aude Albert-Chepik.

Le peintre Serge Chepik fut pendant vingt ans salué par la presse anglo-saxonne comme « un visionnaire fulgurant » et « l’un des plus grands peintres vivants de la Russie ». Présent dans de grandes collections britanniques, russes, françaises et américaines, cet artiste « inclassable » a réalisé pour la Cathédrale Saint-Paul de Londres La Voie, la Vérité, la Vie, un ensemble de quatre toiles monumentales inaugurées en janvier 2005. Il vivait et travaillait depuis 1988 à Paris jusqu’à sa mort en 2011.

 


Prix Russophonie

Prix Russophonie

PRIX RUSSOPHONIE 2017

Chaque année, la cérémonie de remise du Prix Russophonie est le point d’orgue des Journées du Livre Russe.

Le Prix Russophonie qui récompense la meilleure traduction littéraire de l’année du russe vers le français, a été fondé par le Centre Présidentiel Boris Eltsine et l’association France Oural.

La salle des Fêtes de la mairie du 5e a accueilli un public très nombreux.

De nombreuses personnalités étaient présentes, notamment

La Maire du 5e arrondissement de Paris, Madame Florence Berthout,

S.E.M. Alexandre Orlov, Ambassadeur de Russie en France,

S.E.M. Alexandre Kouznetsov, Ambassadeur, délégué permanent de la Fédération de Russie auprès de l’UNESCO  … 

Les écrivains invités, des traducteurs ainsi que de nombreux représentants du milieu littéraire franco-russe étaient largement présents dans la salle des Fêtes.

Un jury très impliqué et renouvelé

En 2017, Natalia Jouravliova, écrivaine russe résidant en France  est venue remplacer l’écrivain russe Evgueni Bounimovitch qui a été membre du jury du Prix Russophonie pendant de nombreuses années.

Les échanges informels et individuels de la directrice du Prix, Madame Christine Mestre, avec les membres du jury lui permettent de préparer les réunions de travail et de sélection des œuvres proposées à leur examen mais également d’envisager la participation des membres du jury à des tables rondes ou des rencontres, soit dans le cadre des Journées du Livre Russe, soit au Salon du Livre de Paris, soit encore dans le cadre du Festival Quartier du Livre organisé chaque année dans le 5e arrondissement de Paris.

Le jury se réunit deux fois :

La première réunion permet de faire le point sur la production de l’année, d’opérer une première sélection, et éventuellement, si les avis divergent, de procéder à des relectures. Au cours de cette réunion il est aussi possible de dégager des tendances dans la production de l’année et de réajuster le programme des Journées du Livre Russe en fonction d’éventuelles propositions du jury.

Lors de la deuxième réunion le jury établit le palmarès et choisit le lauréat.

Cette année le choix du Jury s’est porté sur la traduction de Fanchon Deligne pour Le couloir blanc : souvenirs autobiographiques : de la naissance à l’exil de Vladislav Khodassevitch aux éditions Interférences.

La rédaction des divers textes du catalogue a été répartie entre les membres du Jury.

 

Le jury du Prix Russophonie 2017 était composé de :

Gérard Conio,

François Deweer,

Françoise Genevray,

Natalia Jouravliova,

Irène Sokologorsky et

Christine Mestre, directrice du Prix Russophonie.

 

La cérémonie de remise : attirer le jeune public
Comme chaque année le public était nombreux.

Cette année une action particulière avait été entreprise en partenariat avec l’ AFR (Association  Française des Russisants)  pour faire mieux connaître la littérature russe auprès du jeune public sollicité pour un concours dont l’Association était sponsor avec un don de livres aux lauréats.

L’association France Oural a déjà confirmé qu’elle reconduirait son soutien au concours de l’AFR (Association  Française des Russisants) pour l’opération 2018.

afr

 

Bilan et perspectives : aller à la rencontre du grand public

Le Prix Russophonie est un prix de traduction, il est légitimement perçu prioritairement par un public averti russophone ou russophile.

Pour aller à la rencontre du grand public francophone, nous avons très vite été amenés à créer les Journées du livre russe et des littératures russophones qui drainent un public de plus en plus large.

Le prix en demeure l’axe central.

Short-list du Prix Russophonie 2017


Fanchon Deligne pour Le couloir blanc : souvenirs autobiographiques : de la naissance à l’exil de Vladislav Khodassevitch aux éditions Interférences,

LE COULOIR BLANC

LE COULOIR
BLANC

 

Hélène Henry pour Le Voyage de Hanumân d’Andreï Ivanov aux éditions Le Tripode,

Le Voyage de Hanumân

Le Voyage de Hanumân

Anne de Pouvourville pour Un poète fusillé : vers choisis de Nikolaï Oleïnikov aux  éditions Gallimard,

Un poète fusillé

Un poète fusillé

Macha Zonina pour Le Pont sur la Nerotch de Léonid Tsypkine aux éditions Christian Bourgois,

Le pont sur la Nerotch

Le pont sur la Nerotch


Le salon du livre

salon du livre étage 1

La mairie du 5e arrondissement a accueilli cette année encore le salon du livre des Journées du Livre Russe, les 5 et 6 février 2016.

Chaque année, le nombre de participants augmente et les stands sont maintenant répartis sur deux étages.

Cette année, nous avons enregistré 54 participations d’éditeurs, libraires, traducteurs indépendants et associations franco-russes.

salon du livre étage 1

Liste des participants :

 

Librairies et éditeurs

Éditions Boréalia

Éditions Delga

Éditions des Syrtes

Éditions du Ver à Soie

Éditions Ginkgo

Éditions Lingva

Éditions Gallimard

Éditions Noir sur Blanc

Éditions de la Différence

Éditions Pétra

Éditions Transboréal

Éditions Zlatoust

Editions Louison

Editions de l’Herne

Editions Rostok

Editions ROD

Editions Triartis

Editions Kanjil

Revue Les Lettres Russes (LRS)

Editions Russkaya Lira

Editions de Janus

Edtions Apopsix

Editions Sigest

Editions Macha-Publishing

Editions Le Semis

Union des Editeurs de Voyage Indépendants

Galerie JPM

Librairie des Editeurs Réunis – YMCA PRESS

Librairie du Globe

Librairie Henri IV

 

Аuteurs, traducteurs et artistes

 

Eugène Berg

Geneviève Dispot

Jean-Noël Benoît

Gérard Pinguet

Françoise Wintersdorff-Faivre

Caroline Charron

Irina Rakova

Lada V’dovina

Florian Voutev

Marina Tchebourkina

Galina Balebanova

Edouard Moradpour

Xenia Krivocheïne

Larissa Noury

 

Institutions et associations 

 

Union des associations France-Russie-CEI-Etats Baltes (UNFRCEI)

Association Artcorusse

Association Demain Le Printemps

Association LRS – Littérature et traduction

Association Solidarité Enfants de Beslan

Association Française des Russisants (AFR)

CRSC (Paris) Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris

Association des amis d’Ivan Tourguéniev

Association des amis de l’histoire de Sainte-Geneviève-des-Bois

Association Pour Kungur

Tsar Voyages

Fondation de bienfaisance « Saint-Pétersbourg et l’Etranger »

Institut d’Etudes Slaves

Institut Pouchkine au Centre Spirituel et Orthodoxe à Paris

LRS Littérature et Traduction

Maison Lesnoff-Raïevsky (La Datcha de Donville)

Institut Régional de Bienfaisance publique frères Moguilevtcevy

 

 

Cinéma

 

Une séance exceptionnelle « ciné concert » était proposée le jeudi 2 février 2017 au cinéma Le Grand Action, en partenariat avec Rivages Russie Rivages Evénements.  

Au cours de cette soirée dédiée à l’aventure des studios Albatros de Montreuil, deux films ont été projetés :

Un lieu historique

ALBATROS, DEBOUT MALGRÉ LA TEMPÊTE !
Film de J. Diamant-Berger et J.M. Boulet  (2010) – Durée 52 mn

Le film raconte l’aventure d’un groupe d’artistes russes exilés à Montreuil et celle de leur guide, Alexandre Kamenka, l’homme qui « debout malgré la tempête », les a conduits sous la bannière de « l’Albatros » à révolutionner le cinéma mondial.

Débat avec Patrick Kamenka, petit-fils d’Alexandre Kamenka et le réalisateur-producteur Jérôme Diamant-Berger

Le brasier ardent

Le brasier ardent

LE BRASIER ARDENT 
Film de et avec Yvan Mosjoukine (1923) – Durée 106 mn – Restauration Cinémathèque Française

 

En rêve, une jeune femme voit un inconnu la pourchasser sans cesse avant de la jeter dans un brasier.

Son mari engage un détective pour retrouver l’origine de ses visions.

 « Un jour, au cinéma du Colisée, je vis Le Brasier Ardent mis en scène par Mosjoukine et produit par le courageux Alexandre Kamenka des films Albatros.  La salle hurlait et sifflait, choquée de ce spectacle si différent de sa pâture habituelle. J’étais ravi. Enfin, j’avais devant les yeux un bon film en France. Bien sûr, il était fait par des Russes, mais à Montreuil, dans une ambiance française, sous notre climat ; le film sortait dans une bonne salle, sans succès, mais il sortait. Je décidai d’abandonner mon métier qui était la céramique, et d’essayer de faire du cinéma. »


Jean Renoir, Mes années d’apprentissage, extrait de Écrits (1926-1971).

Le trio Makarenko a assuré l’accompagnement musical de la projection du « Brasier Ardent » : Anne Makarenko (piano), Micha Makarenko (balalaïka) et Pierre Makarenko (hautbois).

 

Lectures

Pour débuter les Journées du Livre Russe et pour marquer un temps d’écoute dans notre programme,

le comédien Baptiste Baudoin a lu des extraits des œuvres de

Gaïto Gazdanov (Hôtel du Futur),

Nina Berberova (C’est moi qui souligne) et

Ivan Bounine (Coup de Soleil).

 

Concert

Le trio composé de Tatiana Gromtseva, violon, Svetlana Kossyreva-Lischke, violoncelle et Elena Kroon-Golikova, piano, ont offert à nos visiteurs une pause musicale.

Elles ont interprété Les Saisons de Piotr Tchaïkovski.

 

Expositions

 

Quatre expositions étaient présentées à la mairie du 5e arrondissement de Paris.

Musée Littéraire d’Etat de Moscou – La légende Vertinski
Exposition consacrée au grand chanteur Alexandre Vertinski (1889-1957)

 

 

La culture russe en exil

Photographies consacrées aux écrivains et poètes russes en exil parmi lesquels on retrouve Ivan Bounine, Boris Zaïtsev, Alexandre Kouprine, Dimitri Merejkovski, Zinaïda Hippius, Teffi, Henri Troyat, Joseph Kessel, Vladislav Khodassevitch, Marina Tsvetaïeva …

Aquarelles, dessins et illustrations de Christine Zeytounian-Beloüs

Christine Zeytounian-Beloüs est peintre, illustratrice, poète et traductrice littéraire. Son exposition a présenté des aquarelles, dessins à l’encre et illustrations réalisées pour divers éditeurs.

Dessins et montages de photos d’enfants – Exposition organisée par l’association Pour Kungur
Les enfants nés en Russie vivant maintenant à l’étranger présentent leur pays d’adoption et les enfants des orphelinats russes (région de Perm) nous présentent la Russie.

 

Cérémonie de clôture – Hommage à Alexandre Vertinski

Le grand chanteur russe Alexandre Vertinski (1889 – 1957) connaît une enfance abandonnée et misérable à Kiev.

En 1913, il rallie Moscou et fréquente les milieux du théâtre. En 1918, il quitte la Russie, passe par la Moldavie, l’Allemagne, New-York, la Palestine …

Il s’installe pendant quelques années à Paris, puis à Shanghaï.

En 1943, il peut rentrer en Russie, où – sans publicité aucune – il connaît un immense succès. 

Il est considéré comme un des plus grands chanteurs russes du XXe siècle.


Présentation de la carrière et de l’itinéraire singulier d’Alexandre Vertinski par Mikhail Chapochnikov, représentant du Musée Littéraire d’Etat de Moscou,

Intervention suivie d’un concert.

Ivan Imenitov a interprèté les plus célèbres chansons d’Alexandre Vertinski et lu des extraits de ses écrits. Il était accompagné au piano par Aleksey Ischchanka.

 

 

Organisateurs et partenaires

 

Partenaires
Les Journées du Livre Russe offrent un programme très riche et ont pris l’ampleur d’un festival qui se déroule dans différents lieux de Paris :

La mairie du 5e arrondissement
Le Lycée Henri IV

Le cinéma Le Grand Action
L’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

Notre association a pu gérer l’ensemble de cette manifestation grâce à la collaboration et à l’aide de différents partenaires, organisations officielles ou professionnelles, amis et volontaires.

Nous tenons ici à remercier tous ceux grâce à qui notre projet a pu exister :

Nos financeurs :  

le Centre National du Livre (France) –

la SOFIA (France) –

le Centre Présidentiel Boris Eltsine (Russie) –

l’Institut de la Traduction (Russie) –

le Fonds Russkiy Mir (Russie).

 

Nos soutiens logistiques :

la Mairie du 5e arrondissement de Paris,

l’ambassade de Russie en France,

le Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris,

le Lycée Henri IV,

Air France,

l’association Pour Kungur,

tous les participants au salon des Journées du Livre Russe.

Со-production et sponsors :

 l’Institut de la Traduction (Russie),

Rivages Russie Evénements,

le Musée Littéraire d’Etat de Moscou, A

ir France,

Tema TV/Canal +,

Russia Beyond the Headlines,

la Librairie du Globe,

Editions Louison.

Partenaires « communication et media » :

 

la revue bilingue Lettres Russes-LRS,

le site Artcorusse,

le Conseil des Russes de France,

Conseil de coordination du Forum des Russes de France

le conseil de Coordination du Forum des Russes de France,

Sovetnik,

le Courrier de Russie,

Spoutnik,

Maxim-and-Co,

Paris-Moscou.com,

L’observateur Russe,

Russia Beyond the Headlines,

la Librairie du Globe,

Superflu l’Indispensable Littéraire,

www.quartierlatin.paris.

Création et volet artistique de notre programme :

Dacha Letellier,

Alice Genaud,

Jules Couartou,

Baptiste Baudoin,

Andreï Korliakov,

Marie-Aude Albert-Chepik.

Slavistes et spécialistes de la littérature russe :  

Irène Sokologorksy,

Gérard Conio,

François Deweer,

Françoise Genevray,

Ekaterina Belavina,

Tatiana Victoroff,

Antonina Roubichou-Stretz,

Hélène Henry-Safier,

Michel Aucouturier,

Igor Sokologorsky,

Catherine Brémeau,

Yves Gauthier,

Alexandre Zviguilsky,

Olga Gortchanina,

Emilie Maj,

Jean Radvanyi,

Aminata Alenskaya.

 

Le comité de pilotage des Journées du Livre Russe :

Dimitri de Kochko,

Irène Sokologorsky,

Christine Mestre,

Christine Caillon,

Alexandre Keltchewsky,

Aïcha Kherroubi,

Yulia Bushnina,

Christine Glachant

Tous nos bénévoles :

Isabelle de Kochko, Inès Keltchewsky, Pierre Barberon, Catherine Bessonard, Dominique Vérin, Jean-Baptiste Texier, Gaëtan Ageorges, Pierre Glachant, Gérard André, Serge Marie, Antonina Alexeyenko, Jonathan Favorel, Marie-Clarté Delisle, Céline Long, Ksénia Salgueiro, Vera Bedon, Aliona Karpov, Karine Delmont ….

Les interprètes :  

Inna Khmelevskaya,

Odile Melnik-Ardin.

Photographie et vidéo :

Matthias Pasquet,

Jonathan Favorel et

Serge Marie

 

Le travail de l’association France Oural


L’ensemble de la manifestation (programmation littéraire, expositions, logistique, conférences, salon du livre, programme théâtral et cinéma, recherche de partenariat, gestion des sites internet et des pages Facebook, gestion des fichiers, relations presse et communication …) est piloté par l’équipe de l’association France Oural :

Dimitri de Kochko – Président

Christine Mestre – Directrice du Prix Russophonie – Responsable de la programmation littéraire des Journées

Christine Glachant – Responsable de la logistique, de l’organisation et de la communication des Journées du Livre Russe

Yulia Bushnina – Responsable des partenariats financiers et de la comptabilité

Denis Oustinov – Responsable du salon du livre des Journées, des expositions et du cinéma.

Tout au long de l’année, des réunions du Comité de Pilotage ont rythmé la construction du programme de la manifestation.

Le succès de notre festival dépend également du travail de notre équipe de bénévoles. Sans leur précieuse participation, France Oural ne pourrait réaliser son programme. Sans eux, rien ne serait possible. Ce sont eux qui ont assuré la diffusion de notre documentation, les accueils à l’aéroport, l’installation des salles, le suivi des conférences, le son….  

Le Samobar des Journées fonctionne exclusivement grâce à nos bénévoles.

Qu’ils en soient tous ici remerciés.

 

Les invités et les exposants


Près de 20 personnes (écrivains, membres du jury, journalistes, éditeurs …) sont venues de Russie pour participer aux Journées du Livre Russe.

Mais également d’Israël, du Canada, d’Arménie, d’Ukraine, des Etats-Unis

De nombreux participants au salon du livre venaient de province ou de l’étranger (Suisse, Belgique, Lituanie …).

Nos invités étaient logés dans des hôtels du 5e arrondissement de Paris, à deux pas de la place du Panthéon.

Nous voulons également remercier chaleureusement le Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris qui nous a beaucoup aidés pour la réalisation de cette édition.

 

Bilan et perspectives

Depuis la création du Prix Russophonie en 2006, le succès de notre manifestation ne s’est jamais démenti et s’accroît d’année en année.

Les Journées Européennes du Livre Russe et des Littératures Russophones ont été créées en 2010 par l’association France Oural pour offrir à la littérature russe la visibilité qu’elle mérite en France.

La dominante littéraire est toujours au cœur de notre projet et nous avons développé des volets complémentaires : cinéma, théâtre, expositions et cette année, une matinée consacrée aux arts plastiques … pour offrir au visiteur une véritable plongée dans la culture russe.

Nous allons continuer nos prises de contact avec les musées russes qui, à l’instar du Musée Littéraire de Moscou, sont un soutien précieux pour l’élaboration de notre programme littéraire et une force de propositions pour les expositions que nous organisons.

Concernant le cinéma, le partenariat que nous avons établi l’an dernier avec Rivages Russie Evénements et le cinéma Le Grand Action est très très satisfaisant.

Nous serons très heureux de reconduire cette collaboration pour de prochaines éditions.

Tous ceux, au sein de France Oural, qui contribuent à l’organisation des Journées du Livre Russe souhaitent que notre manifestation se renforce et affirme une présence plus internationale pour la promotion de la littérature russe.

Notre objectif serait de porter les Journées du Livre Russe au niveau européen.

Paris, février 2017

 

 

 

 

Télécharger le programme détaillé des JLR 2017

Programme-détaillé-JLR-2017

Programme JLR 2017

Télécharger le programme succinct des JLR 2017

Programme-succinct-JLR-2017

Programme succinct JLR 2017

Télécharger la grille horaire des JLR 2017

Grille-horaires-JLR-2017

Grille horaires 2017

скачать краткую презентацию Дней Русской Книги 2017 

Programme RU 2017

Programme RU 2017

 

La littérature russe de l’exil

Il existe une abondante littérature russe de l’exil, et si de nombreux écrivains arrachés à leur terre natale par les violences de l’Histoire ou les difficultés économiques, ont quitté la Russie pour l’Allemagne, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, Israël ou la Suisse, aucun pays n’a, comme la France, accueilli autant d’auteurs ou d’artistes russes ou russophones. Ceci s’explique par des liens exceptionnels et anciens entre les deux pays.

Le XIXe siècle

Déjà au XIXe siècle, Ivan Tourguéniev avait fait le choix de la France dont il avait fait son pays d’adoption.

 Dans les années 1920, la première vague de la diaspora russe commence avec l’exil des Russes blancs et ceux chassés par le nouveau pouvoir : de Bounine à Remizov, en passant par Irène Némirovsky et par les poètes Tsvetaïeva, Balmont, Khodassevitch, Hippius, Zaïtsev, sans oublier les artistes Ossip Zadkine, Fedor Chaliapine ou encore le célèbre collectionneur Sergueï Chtchoukine… 

Ils investissent également le monde du cinéma en créant les studios Albatros à Montreuil qui vont révolutionner le cinéma mondial.

Ils sont rejoints, à l’issue de la Seconde Guerre Mondiale, par ceux qui se sont retrouvés dans les territoires occupés ou qui ont été internés et craignent, à juste titre, d’être envoyés dans les camps staliniens s’ils rentrent en Russie. 

les années 1970-1980

Une troisième vague de l’immigration russe en France a lieu dans les années 1970-1980. Elle est constituée, pour sa partie la plus visible, de dissidents et opposants au régime soviétique. C’est le cas de Siniavski, Etkind, Pliouchtch, Gorbanievskaïa, Maximov, Nekrassov, Galitch ; d’autres, déchus de leur nationalité, se voient contraints à l’exil, c’est le cas de Soljenitsyne, Zinoviev, Brodsky ou Rostropovitch.

Après la chute de l’URSS et la situation qui en découle, l’émigration des années 1990 n’est plus un arrachement définitif mais l’occasion pour de nombreux écrivains de s’installer ailleurs pour vivre ou travailler.

le choix de la langue française

Certains ont fait le choix de la langue française dont ils sont devenus des figures emblématiques : Henri Troyat (de son vrai nom Lev Tarassov), Maurice Druon, Romain Gary (Roman Kassev) et Andreï Makine, lauréats du Prix Goncourt ; la comtesse de Ségur (née Sophie Rostopchine) ; d’autres ont été élus à l’Académie Française comme Joseph Kessel, Henri Troyat, Maurice Druon, Hélène Carrère d’Encausse et plus récemment Andreï Makine, d’autres encore comme Nathalie Sarraute (Natalia Tcherniak) ont été à l’origine de courants littéraires. Mais la majorité d’entre eux a continué à s’exprimer en russe. D’autres ont écrit dans les deux langues comme Marina Tsvetaïeva et Vladimir Nabokov et on se penchera dans le cadre du volet « russophonie » de notre événement sur le choix de la langue russe comme langue d’écriture pour les auteurs qui ont une autre nationalité.

la richesse de leur apport à la culture française

Quelle que soit la langue d’écriture, la richesse de leur apport à la culture française n’est plus à démontrer et l’on peut s’interroger à la fois sur la façon dont ils ont été accueillis par leurs pairs et sur la façon dont leur œuvre a évolué en exil.

La littérature est – elle devenue pour eux un refuge intérieur, une consolation à la douleur de l’émigration 

Apportent-ils un éclairage nouveau sur les sociétés qui les accueillent, sont-ils inspirés par la
rancœur, la nostalgie, l’idéalisation du pays quitté ?

Comment leurs points de vue ont-ils évolué ?

8e édition

Au cours de cette 8e édition, Olga ZINOVIEV retracera l’itinéraire d’Alexandre Zinoviev, de la Russie à son exil en Europe.

Enfin,  le thème de lécrivain en exil sera évoqué à travers les classiques qui ont soit fait le choix de quitter leur pays, soit y ont été contraints mais également avec des écrivains contemporains  venus de divers pays :

Vladimir FEDOROVSKI (France),

Dmitri BORTNIKOV (France),

Nicolas BOKOV (France),

Dina RUBINA (Israël),

Andreï IVANOV (Estonie),

Alexeï NIKITINE (Ukraine),

Maria RYBAKOVA (USA), 

Mariam PETROSYAN (Arménie),

Vladimir LORTCHENKOV (Canada) ,

Tchinguiz ABDOULLAÏEV (Azerbaïdjan)

ainsi que Marina AKHMEDOVA, Andreï BATOV et Andreï ASTVATSATOUROV (Russie).

Des écrivains français, parmi lesquels Iegor GRAN, Paul GREVEILLAC et Cédric GRAS, apporteront chacun un point de vue singulier sur la Russie qui a inspiré  leurs derniers ouvrages et  leur éclairage personnel sur la création littéraire et l’enracinement.


PRATIQUE :