Premier Prix Russophonie (2007)

Le Prix Russophonie récompense la meilleure traduction française d’un ouvrage en langue russe quels que soient le pays où il a été publié, la nationalité ou la citoyenneté de son auteur.

En créant le Prix Russophonie, l’Association France-Oural et la Fondation Eltsine, avec le soutien de l’Union des Russophones de France et du Centre Culturel et Scientifique Russe, visent à combler un manque: la France compte plusieurs prix de traduction pour la poésie, la science-fiction, pour les traductions de l’américain, de l’allemand, de l’italien, de l’anglais et du hongrois. Aussi étrange que cela paraisse, aucun prix à ce jour ne concerne les ouvrages traduits du russe. Le Prix Russophonie vise à donner à la littérature en langue russe la place qui lui revient.

Pour sa première édition, le Prix Russophonie était ouvert aux traductions parues entre le 1er mars 2005 et le 1er octobre 2006. Le jury a examiné 32 ouvrages dont un peu plus de la moitié lui a été adressée par les éditeurs, les autres ayant été trouvés directement par ses membres. Après la vague de traductions parues à l’occasion du Salon du livre 2005, qui témoignait d’un renouveau littéraire après la crise des années 90, la première constatation en ce qui concerne les livres traduits durant la période choisie, est la part importante d’auteurs du début du siècle dernier. Certains sont encore peu ou mal connus en France, tels B. Chiriaev, D. Harms, V. Jabotinsky, I. Olecha, A. Remizov, B. Zaïtsev, d’autres jouissent déjà d’une notoriété considérable comme I. Bounine, M. Tsvetaeva et E. Zamiatine. Toutefois, les auteurs contemporains, plus ou moins confirmés, sont aussi largement représentés avec B. Akounine, A. Dmitriev, S. Dovlatov, V. Raspoutine, M. Rybakova, O. Sedakova, A. Politkovkaïa, A. Potemkine ou D. Rubina. Ajoutons les traductions nouvelles de grands classiques du XIXe ou de l’aube du XXe siècle, comme Gogol ou Tchekhov.

Certains titres, comme l’excellent Lotus d’A. Kim, ont dû être écartés parce qu’il s’agissait de rééditions, d’autres nous sont parvenus hors délais et n’ont pu être examinés, d’autres enfin n’ont pas été primés bien qu’ils aient donné lieu à un examen serré assorti de débats contradictoires.

Le jury s’est attaché à considérer les livres dans leur globalité. Le premier critère de sélection étant bien sûr la qualité intrinsèque du texte original, le choix fut assez large pour s’avérer difficile. Furent écartés du palmarès, non sans regrets, quelques auteurs nouveaux que l’on eût aimé promouvoir, mais dont le titre examiné ne donnait pas satisfaction. D’autres critères entraient en jeu, comme la présentation générale et la richesse de l’éventuel appareil critique: sur ce point la concurrence fut assez rude, plusieurs ouvrages accompagnant le texte d’une préface, de notes plus ou moins érudites, voire d’index, autant de compléments qui en font d’ores et déjà des éditions de référence pour le lecteur français. Tout cela une fois pris en compte, le travail du traducteur restait l’élément capital d’appréciation, vu la complexité de sa tâche et son rôle déterminant dans le transfert culturel qui fait passer un écrit d’un lectorat à un autre.

 

Le jury: Christine Caillon-Nekritch, Anne Duruflé, Françoise Genevray, Irina Krivova, Andreï Makine et Tatiana Borissovna Eltsine, la présidente d’honneur du jury.

Les nominés: Henri Abril pour la traduction d’Incidents de Daniil Harms, Anne Coldefy-Faucard pour la traduction des Âmes mortes de Nikolas Gogol, Jean-Baptiste Godon pour la traduction de Au diable vauvert d’Evgueni Zamiatine, Jacques Imbert pour la traduction des Cinq de Vladimir Jabotinsky, Anne Kichilov pour la traduction de La Veilleuse des Solovki de Boris Chiriaev.

Le lauréat: Jean-Baptiste Godon pour la traduction de Au diable vauvert d’Evgueni Zamiatin.

Lauréat(e) du Premier Prix Russophonie (2007)

Pour :

Nominé(e)s pour le Premier Prix Russophonie (2007)

%%tb-image-alt-text%%
JACQUES IMBERT
%%tb-image-alt-text%%
ANNE KICHILOV
%%tb-image-alt-text%%
HENRI ABRIL
%%tb-image-alt-text%%
ANNE COLDEFY-FAUCARD

Membres du jury du Premier Prix Russophonie (2007)

%%tb-image-alt-text%%
TATIANA BORISSOVNA ELTSINE
%%tb-image-alt-text%%
ANDREÏ MAKINE
%%tb-image-alt-text%%
IRINA KRIVOVA
%%tb-image-alt-text%%
ANNE DURUFLÉ
%%tb-image-alt-text%%
CHRISTINE CAILLON-NEKRITCH
%%tb-image-alt-text%%
FRANÇOISE GENEVRAY

Catalogue du Prix Russophonie